AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


avatar
Saoirse Nó Bás
Compte fondateur
Messages : 61


Voir le profil de l'utilisateur http://thegodnesssake.forumactif.com

   Message posté 
Dim 11 Déc - 2:11

Géilleadh
Soumission, acceptation, discipline et résignation
Certains n'ont jamais connu que l'autorité britannique et craignent ce que pourrait devenir le monde sans elle, d'autres se sentent trop impuissants face à elle pour ne serait-ce que pouvoir lutter. Quoi qu'il en soit, les personnages de ce groupe restent et demeurent de braves citoyens dublinois. Ils ont leurs points de vue sur le régime, positif ou négatif, mais ils restent mitigés quant à la manière d'agir. Alors, ils subissent en silence, ils regardent le monde tourner autour d'eux en se disant que c'est certainement mieux ainsi et ils demeurent dans les rangs à craindre la justice.

Abaigh O’Higgins
Eleanor Tomlinson
Brona Campbell
Caitriona Balfe
Duncan Douglas
Aneurin Barnard
Gliten Rooney
Hannah New
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Saoirse Nó Bás
Compte fondateur
Messages : 61


Voir le profil de l'utilisateur http://thegodnesssake.forumactif.com

   Message posté 
Dim 11 Déc - 2:11

Abaigh O’Higgins
prise
Prénom(s) : Abaigh. Nom : O'Higgins. Date de naissance : 13 août 1777. Age : 21 ans. Origines : Irlandaises. Orientation sexuelle : Hétérosexuelle. Situation maritale : Célibataire. Religion : Catholique. Rang : Lettrée. Métier : Institutrice. Quelques traits de caractère : Patiente, discrète, franche, résolue et généreuse. Groupe : Géilleadh. Célébrité : Eleanor Tomlinson.

Histoire

Fille cadette d’une inombrable fratrie, Abaigh est née dans un petit village isolé, loin de la ville. Alors que ses soeurs aînées se mariaient tour à tour avec les multiples voisins de la famille, des paysans à la peau brunie par le soleil et aux mains usées par les travaux des champs. Toutefois, l’Angleterre prenait toujours plus et le père O’Higgins, loin d’être sot, avait compris que rien d’autre que la misère attendait ses enfants en ces lieux reculaient où même cultiver une terre ne permettait pas de se nourir et de nourir les siens. Sans fortune, il dut empreinter mais cela lui permit d’envoyer les plus jeunes de ses enfants en ville afin qu’ils puisse étudier le droit, les lettres, les chiffres et tout ce qui pourrait leur donner accès à une vie moins précaire.
Abaigh, enfant curieuse et élève appliquée, depuis le premier jour où elle s’était assise sur le banc de la modeste école rurale où elle avait appris à compter, à lire et à écrire, s’était très rapidement dirigée vers l’enseignement. A Dublin, où la rébellion progressait dans les esprits, persuader les plus jeunes des biens faits de l’Angleterre était d’une importance capitale et c’est pour cette raison que l’on accepta qu’elle prenne son poste, elle était irlandaise et n’avait que très peu en commun avec les austères institutrice de l’éducation britannique. Elle avait tout pour séduire, l’esprit et la douceur, la jeunesse et la patience. Mais la jeune rousse a du en acceptant l’honneur de ce poste, accepter de se soumettre à l’autorité anglaise et à ses lois, à en clamer les bontés devant ses jeunes élèves et en public même si son coeur et tout entier pour l’Irlande libre.
Calum F.
Calum est, bien au contraire d’Abaigh, analphabète. Il n’a jamais eu l’occasion d’apprendre à lire ou écrire, trop occupé à garder ses moutons. Mais aujourd’hui, il a vendu son troupeau et il désirerait particulièrement combler ces lacunes intellectuelles dont il n’ose pas se montrer à ses deux compagnons : Tomas et Gabriel. Mais, parce qu’il n’était pas dupe, Gabriel lui fit rencontrer l’une des institutrices de la ville et depuis, chaque soir, elle lui apprend les rudiments d’un savoir qu’il intègre difficilement malgré la patience de la jeune femme pour qui il nourrit une admiration grandissante.
Eireen H.
Abaigh fut un temps plutôt court la domestique d’Eireen. En cette époque, les catholiques n’avaient plus le droit d’enseigner et la jeune étudiante avait donc dû se trouver un emploi qui lui permettrait de vivre. C’est dans la maison des Hodgson qu’elle avait trouvé cela mais la bonté de sa maîtresse fut bien au-delà de ses espérances tant elle s’impliqua pour lui permettre de réaliser son rêve et de devenir enseignante. Amies depuis lors, c’est une confiance aveugle qui les unies mais pourtant certaines choses doivent être tues pour le bien de chacune.
Duncan D.
Duncan est peut-être soldat anglais de par son uniforme, il reste écossais de coeur et c'est cela qui l'a rapproché de l'institutrice, elle aussi obligée de faire taire ses convictions personnelles dans ses fonctions. Chargé un temps de veiller sur les enfants du Vice-Roi d'Irlande qui pour des raisons politiques allaient à l'école parmi d'autres moins bien nés, c'est à cette occasion qu'il avait rencontré la jeune femme et depuis ils ont toujours plaisir à se croiser, pour eux, débattre et se disputer ne sont que des jeux anodins et malgré leurs éclats de voix, ils restent toujours aussi proches.
Gabriel W.
Abaigh cherche à ce faire discrète au sein de la communauté des rebelles mais la présence de son frère dans ce cercle n'aide très certainement pas à ce qu'elle n'y soit pas remarquée. Il faut dire que si son frère aime les discours enflammés, elle ne passe pas inaperçue non plus. Son esprit vif a très tôt été repéré par Gabriel qui aimerait pouvoir l'encourager à suivre la voie de la révolte bien qu'il comprenne les raisons de sa retenue. Mais avoir placée dans son entourage le jeune Calum pourrait bien la convaincre avec le temps. Du moins il l'espère.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Saoirse Nó Bás
Compte fondateur
Messages : 61


Voir le profil de l'utilisateur http://thegodnesssake.forumactif.com

   Message posté 
Dim 11 Déc - 2:11

Brona Campbell
libre
Prénom(s) : Brona. Nom : Campbell. Date de naissance : 9 janvier 1762. Age : 36 ans. Origines : Ecossaises. Orientation sexuelle : Hétérosexuelle. Situation maritale : Célibataire et très bien ainsi. Religion : Protestante. Rang : Bourgeoise. Métier : Aubergiste. Quelques traits de caractère : Avare, manipulatrice, ambitieuse, généreuse et intéressée. Groupe : Géilleadh. Célébrité : Caitriona Balfe.

Histoire

Brona est née dans une auberge d’Édimbourg. Pas une auberge de grand chemin, mythique lieu d'embuscade, mais dans l'auberge que tenait son père et où vivait toute la famille. Ce jour-là, on raconte que l'on n'entendait même pas les cris de la pauvre matrone en couche entre les multiples soupires de délices exagérés par les prostituées dont le commerce était la spécialité familiale. Il paraissait étrange qu'un couple tienne un tel endroit, très côtoyé par les soldats notamment, mais il s'était succédé de nombreuses générations de Campbell à la tête du bordel déjà et qu'un enfant des propriétaires y naisse était presque devenu coutume. Toutefois, parce que la flamme qui les avait poussés à se marier s'était éteinte, Brona fut leur seule et unique enfant. Grandissant dans ce lieu de vices sans sembler gênée de ce qu'elle pouvait y voir depuis son plus jeune âge, la jeune femme acquit rapidement un sens profond des affaires lui permettant de s'inscrire dans la lignée de son père comme son héritière. Devenue maquerelle en chef, elle se lassa finalement pourtant de l'industrie familiale et de la réputation qui en résultait. Elle voulait être plus que Madame Plaisir dans une ville où la réputation était ce qu'il y avait de plus précieux. Aussi, un jour, la propriétaire vendit-elle tout. Sans exception, les murs, le toit, les meubles, la vaisselle et les draps. Elle empocha sa fortune et disparu au bord de l'un des bateau qui rejoignait Dublin. Arrivant dans cette ville emplie d'une étrange effervescence, elle décida de s'offrir un hôtel particulier laissé à l'abandon et de le rénover afin d'en faire une auberge luxueuse où il fait bon vivre. Mais gare aux mauvaises vieilles habitudes qui ont la vilaine tendance de revenir aux moment les plus inopportuns.
Gliten R.
Gliten n'était qu'une enfant lorsqu'elle poussa la porte de l'auberge venant d'ouvrir ses portes dans le quartier de Temple Bar. En l'apercevant, Brona avait vu la misère, la faim et le désespoir duquel elle avait toujours été à l'abri mais dont elle en avait déjà tant sorti. C'est qu'elle avait le cœur tendre Madame Campbell, elle l'accueillit donc en tant que fille de cuisine et ne cessa par la suite de récompenser son acharnement et sa loyauté. Mais c'est aussi elle qui lui suggéra de se prostituer pour gagner plus que son seul salaire. Gliten lui en veut quelque part bien qu'elle lui soit reconnaissante et Brona qui l'a élevée comme sa propre fille s'en veut un peu, elle s'était pourtant juré de laisser le bordel derrière elle.
Calum F.
Un charmant visage que celui du jeune et séduisant Calum. Cela joua en sa faveur quand il entra à la recherche d'un toit pour quelques pièces et autres services rendus. Brona l'accepta parce qu'il fallait réparer l'escalier dont la balustrade avait cédé. Elle pensait le mettre à la porte le travail fait mais elle en fut si contente qu'elle le laisse rénover son auberge. Après tout il ne demande qu'un lit et deux repas par jour. Calum se fait un employé fidèle et serviable, docile mais il est bien naïf de penser qu'il n'y a pas escroquerie dans le marcher passé avec l'aubergiste.
Duncan D.
Duncan est un client habitué de l'auberge où il couche régulièrement. Brona apprécie le jeune soldat qui sait se faire discret malgré sa tunique rouge. Mais elle n'est pas dupe, si il vient c'est avant tout pour entendre les conversations souvent patriotiques qui animent les lieux et elle craint qu'un jour il n'organise une arrestation de masse dans son auberge se qui n'arrangerait pas du tout ses affaires. Pourtant Duncan écoute sans rien dire, il connait ces discours, il les entendait en Écosse et il les comprend. C'est pour cela qu'il est là, pour se rappeler d'où il vient malgré tout.
Eireen H.
Eireen est une femme du monde que jamais Brona n'aurait en temps normal rencontré malgré la renommé de son établissement. Pourtant un jour la rousse y fit une entrée remarquée, à la recherche de son cousin. Un cousin qui était intimement occupé et donc les deux femmes eurent, en l'attendant, le temps de discuter et la réalité c'est qu'elles s'apprécient énormément. Plus qu'elles ne se l'avouent car l'une méprisant l'autre quand l'autre jalouse celle à qui la vie à tout donner.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Saoirse Nó Bás
Compte fondateur
Messages : 61


Voir le profil de l'utilisateur http://thegodnesssake.forumactif.com

   Message posté 
Dim 11 Déc - 2:11

Duncan Douglas
libre
Prénom(s) : Duncan. Nom : Douglas. Date de naissance : 17 juin 1771. Age : 27 ans. Origines : Ecossaises. Orientation sexuelle : Hétérosexuel. Situation maritale : Célibataire bien que ne rechignant pas à un peu de compagnie quand il en trouve. Religion : Catholique. Rang : Militaire. Métier : Soldat. Quelques traits de caractère : Aventureux, réfléchi, revanchard, conscient de son devoir et froid. Groupe : Géilleadh. Célébrité : Aneurin Barnard.

Histoire

Des plaines et des forêts à perte de vue, voilà le paysage qu'admira Duncan du moment où il ouvrit les yeux jusqu'à son vingtième anniversaire. Neveu d'un laird écossais, son père possédait de fertiles terres et une humble demeure non loin d'un village qu'il régissait de son mieux. Second fils, il était promis aux armes quand son cadet fut envoyé au couvent dès l'âge de huit ans. Lui, s’entraîna aux armes avec un ancien soldat ayant combattu en France de nombreuses années auparavant.
Son enfance se serait déroulée sans encombre s'il n'avait pas rencontré la jolie Fenella. Cette dernière fut son premier béguin, penser à elle lui coupait l'appétit et le privait de sommeil. Mais comme rien ne pouvait être aussi simple, la beauté de son amie fut remarquée par son frère aîné et celui-ci n'eut aucun remords à lui faire une cour acharnée. Ce fut à Duncan de se retirer, de s'incliner. Il assista aux noces, à la nuit de noces et pour s'assurer que le message était parfaitement passé, son frère lui imposa maintes petites choses, des détails qui rendirent la vie du jeune homme impossible. Alors que la maison de son oncle avait été saisie en lui imposant de laisser ses cousins partir à Londres comme l'auraient fait des otages, il demanda à rejoindre l'armée britannique. Donnant le nom du mari de sa cousine, l'admirable juge Hodgson.
Entrer dans l'armée ne fut pas chose bien difficile, mais il fallut sept ans au garçon avant d'enfin être remarqué par ses supérieurs qui voyaient - avant tout - un écossais en lui avant de voir un bon soldat. Du moins, avant la bataille de Ballinamuck où il se distingua. Depuis, on parle d'une charge, d'un grade, d'une position sociale comme il n'en a jamais rêvé. Mais comment oublier que de là où il vient, l'Angleterre agit également en maître absolu ?
Gliten R.
Si Duncan est un familier de l'auberge O'Campbell c'est avant tout pour Gliten qui y officie et qui vient souvent partager sa couche, d'ailleurs il n'y aurait rien d'étonnant que l'un des deux enfants de la jeune femme soit de lui bien que Gliten refuse de se prononcer sur la question. Surtout depuis que son client commence à faire montre de jalousie à son égard.
Abaigh O'H.
Duncan est peut-être soldat anglais de par son uniforme, il reste écossais de cœur et c'est cela qui l'a rapproché de l'institutrice, elle aussi obligée de faire taire ses convictions personnelles dans ses fonctions. Chargé un temps de veiller sur les enfants du Vice-Roi d'Irlande qui pour des raisons politiques allaient à l'école parmi d'autres moins bien nés, c'est à cette occasion qu'il avait rencontré la jeune femme et depuis ils ont toujours plaisir à se croiser, pour eux, débattre et se disputer ne sont que des jeux anodins et malgré leurs éclats de voix, ils restent toujours aussi proches.
Brona C.
Duncan est un client habitué de l'auberge où il couche régulièrement. Brona apprécie le jeune soldat qui sait se faire discret malgré sa tunique rouge. Mais elle n'est pas dupe, si il vient c'est avant tout pour entendre les conversations souvent patriotiques qui animent les lieux et elle craint qu'un jour il n'organise une arrestation de masse dans son auberge se qui n'arrangerait pas du tout ses affaires. Pourtant Duncan écoute sans rien dire, il connait ces discours, il les entendait en Écosse et il les comprend. C'est pour cela qu'il est là, pour se rappeler d'où il vient malgré tout.
Eireen H.
Les deux cousins étaient très proches enfants bien que jeunes lorsque Eireen fut envoyée à Londres. Ils eurent l'occasion de se retrouver plusieurs années plus tard, après le mariage de cette dernière alors que Duncan, cherchant à fuir son frère qui avait épousé la femme de son cœur le narguait sans vergogne. Eireen a une grande confiance en ce cousin à qui elle confie tous ses secrets mais elle devrait peut-être se méfier car ils ne partagent plus les mêmes convictions.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Saoirse Nó Bás
Compte fondateur
Messages : 61


Voir le profil de l'utilisateur http://thegodnesssake.forumactif.com

   Message posté 
Dim 11 Déc - 2:11

Gliten Rooney
libre
Prénom(s) : Gliten. Nom : Rooney. Date de naissance : 21 septembre 1768. Age : 30 ans. Origines : Irlandaise. Orientation sexuelle : Bisexuelle. Situation maritale : Célibataire bien que s'offrant parfois au ou à la plus offrant(e) pour arrondir ses fins de mois. Religion : Catholique. Rang : Chiffonnière. Métier : Serveuse. Quelques traits de caractère : Futée, attentive, travailleuse, manipulatrice et capable de beaucoup de tact. Groupe : Géilleadh. Célébrité : Hannah New.

Histoire

Tout le monde n’a pas la chance de naître une cuillère d’argent entre les gencives, tout comme Gliten, certains naissent parmi une nuée d’autres enfants, dans de misérables masures où s’entassent plusieurs familles afin d’alléger les loyers. Par cette pauvreté de naissance, Gliten avait un destin tout tracé, elle travaillerait sans relâche toute sa vie durant, sans un repos possible afin de venir à bout des dettes dont elle hériterait à la mort de ses parents. Fière irlandaise, elle chercha très jeune à travailler, vendant des fleurs, filant les filets de pêche et enchaînant plusieurs autres tâches misérables pour être payée un rien. C’est alors qu’en ville ouvrit une nouvelle auberge, s’y précipitant, elle parvint à trouver une place dans les cuisines, une place permanente. Faisant la vaisselle et épluchant les pommes de terre avant de pouvoir enfin remplacer la cuisinière, elle évolua de par sa volonté et sa loyauté au sein de l’établissement tenu par une ancienne maquerelle. Et celle-ci pouvait clamer qu’elle laissait le monde de la prostitution derrière elle, elle suggéra toutefois cette solution à son employée pour résoudre l’impasse de ses finances. D’abord offusquée, elle se buta à travailler plus mais finalement, désespérée, à bout de forces, elle se résigna et reconsidéra l’offre qui lui avait été faite. Jeune, elle n’eut aucun mal dans un lieu fréquenté comme celui où elle travaillait à trouver son premier client qui fut suivi de bien d’autres, trop pour qu’elle puisse les compter en réalité. Et malgré sa honte, cela paya rapidement, lui permettant de se nourrir mais aussi de nourrir sa famille. Les années passant, son quotidien s’améliora lentement et elle évolua encore dans l’auberge, devenant serveuse pour des horaires moins contraignant lui permettant de prendre soin de ses deux enfants, mais aussi de prêter une oreille attentive aux discours révolutionnaires.
Brona C.
Gliten n'était qu'une enfant lorsqu'elle poussa la porte de l'auberge venant d'ouvrir ses portes dans le quartier de Temple Bar. En l'apercevant, Brona avait vu la misère, la faim et le désespoir duquel elle avait toujours été à l'abri mais dont elle en avait déjà tant sorti. C'est qu'elle avait le cœur tendre Madame Campbell, elle l'accueillit donc en tant que fille de cuisine et ne cessa par la suite de récompenser son acharnement et sa loyauté. Mais c'est aussi elle qui lui suggéra de se prostituer pour gagner plus que son seul salaire. Gliten lui en veut quelque part bien qu'elle lui soit reconnaissante et Brona qui l'a élevée comme sa propre fille s'en veut un peu, elle s'était pourtant juré de laisser le bordel derrière elle.
Henri H.
Gliten avait été terrifiée quand elle avait appris être convoqué au cabinet du jure mais en réalité celui-ci s'intéressait seulement à une enquête. L'homme : austère, lui a bien conseiller de veiller à ses fréquentations mais elle lui a répondu que la faim ne lui permettait pas ce luxe. Cette remarque amusa l'homme de loi derrière sa mine sévère et il ne peut pas prétendre ne pas s'être depuis ajouter à cette longue liste de fréquentations parfois douteuses qu'entretient la serveuse et prostituée pour subvenir aux besoins des siens.
Duncan D.
Si Duncan est un familier de l'auberge O'Campbell c'est avant tout pour Gliten qui y officie et qui vient souvent partager sa couche, d'ailleurs il n'y aurait rien d'étonnant que l'un des deux enfants de la jeune femme soit de lui bien que Gliten refuse de se prononcer sur la question. Surtout depuis que son client commence à faire montre de jalousie à son égard.
Elizabeth B.
Gliten et Elizabeth se sont rencontrées alors qu'un soir la première cherchait un client et que la seconde ne trouvait plus son chemin. Gliten a naturellement offert de raccompagner la jeune femme qui s'est montrée très généreuse en retour naturellement et depuis elles se sont déjà recroisées. Elizabeth aimerais lui proposer un emploi moins compromettant mais elle se heurte aux convictions de son oncle à ce sujet qu'elle n'ose alors pas abordé avec celle qui croit que lorsqu'elle lui sourit s'est pour se moquer d'elle et lui montrer combien elle est mieux qu'elle ne pourra jamais l'être.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



   Message posté 

Revenir en haut Aller en bas
 
Géilleadh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Godness Sake :: Paperasse et formalités :: Personnages :: Prédéfinis-
Sauter vers: