AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


avatar
Katherine Maguire
rebelle dans l'âme
Pseudo : Eris
Célébrité : Natalie Dormer
Crédit : Mari Jane
Messages : 21

Age : Vingt-huit étés
Origines : Anglaises
Religion : Protestante anglicane
Situation maritale : Veuve d'un partisan de la révolte et amante d'un certain banquier
Rang : Fille de grand financier élevée au rang de noble
Métier : Espionne et mécène de la révolte


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Sam 7 Jan - 10:14

Katherine Maguire
abusus non tollit usum
Prénom(s) : Katherine. Nom : Maguire, née Hawkins. Surnom : Ses proches la surnomme la plupart du temps Kath' ou Kathy. Date de naissance : 16 juillet 1770. Age : Vingt-huit étés. Origines : Anglaises, elle n'est que plus fière de son nouveau pays.  Orientation sexuelle : Hétérosexuelle. Situation maritale : Veuve vengeresse d'un ancien partisan de la révolte, elle passe à présent ses nuits dans les bras de l'héritier de la banque Cosgrave. Religion : Protestante et elle le sera toujours, mais elle ne dénigre pas les catholiques pour autant. Rang : De par son mariage, elle est passée du rang de bourgeoise à celui de noble. Métier : Elle œuvre au nom de la révolte dans le plus grand des secrets. Quelques traits de caractère : Frondeuse, indépendante, manipulatrice, rancunière, loyale, maternelle, déterminée, ambitieuse, généreuse, charismatique, digne, réfléchie, têtue, fière, prudente. Groupe : Clampar. Célébrité : Natalie Dormer.

Histoire

Six ans plus tôt, demeure des Hawkins. ×
Il ne faisait pas beau en ce jour d’avril 1788. La pluie tambourinait d’un rythme soutenu les hautes fenêtres de la demeure des Hawkins, son bruit de temps à autre éclipsé par le retentissement oppressant des éclairs qui zébraient le ciel de leur éclatante et terrifiante lumière. La cour ne ressemblait en rien à l’espace organisé et immaculé qu’elle était habituellement. Des flaques parsemaient l’entrée du château, là où d’ordinaire les invités descendaient de leur voiture. En somme, une météo qui n’annonçait rien de bon pour l’évènement à venir. Un évènement qui allait changer la vie de la jeune Katherine Hawkins, fille aînée de George et Mary Hawkins, dix-huit ans révolus et d’une beauté que certains n’appréciaient guère contrairement à d’autres qui louaient ce teint pâle et ces yeux d’un bleu perçant. Mais Katherine n’était pas du genre à écouter ce qui se disait à son égard. Résultat d’une éducation sans faille, elle se savait l’épouse parfaite et n’hésitait pas à fermer le caquer de ceux qui oser le nier par de vils sous-entendus. Elle avait beau être raffinée, cela ne l’empêchait pas d’avoir un fort tempérament. Un trait de caractère qui n’inquiétait guère ses géniteurs, car ceux-ci savaient leur fille assez intelligente pour se comporter de manière respectable en bonne société.
Une éducation parfaite pour une parfaite anglaise qui devait de toute évidence épouser un parfait jeune officier anglais. C’est du moins l’union à laquelle s’était attendue Katherine tout au long de son enfance. Une certitude que son père avait nonchalamment bafouée en l’informant de ses fiançailles avec l’héritier irlandais d’un grand financier. Une union dont sa cadette Moïra s’était joyeusement moquée. Et en ce jour d’avril 1788, Katherine attendait de rencontrer pour la première fois celui qui allait partager sa vie. Ainsi, si la plupart des habitants de la maison étaient d’une humeur maussade à cause du temps, Katherine, elle, trépignait d’impatience, du moins à l’intérieur.
C’est alors qu’il entra dans le salon après s’être fait annoncé. Fringuant jeune homme de 21 ans, Caroll Maguire débordait d’orgueil et de suffisance. Un comportement commun à tous les gens de son âge. Un comportement que partageait Katherine, bien qu’elle le niât de tout son cœur. Sa confiance en soi débordante bouscula quelque peu les sentiments de l’anglaise à son égard. Son propre égo lui interdisait de se soumettre à ce prétentieux, pourtant quelque chose dans son regard l’attirait indubitablement. Il cachait quelque chose, elle en était certaine. Et c’est pourquoi, elle s’évertua l’heure suivante à tenter de percer le mystère qui entourait son futur époux. Néanmoins, tout ce Katherine réussit à faire, ce fut tomber sous le charme de l’Irlandais.

Un an plus tôt, manoir des Maguire. × « C’est une fille » annonça le médecin à Caroll tandis que Katherine se remettait de ce troisième accouchement, bien plus compliqué que les deux premiers. Le corps recouvert d’une fine couche de sueur, elle tentait de résister au sommeil qui l’envahissait. Des heures et des heures de travail acharné pour donner vie à cette petite chose fragile qui gigotait dans les bras de son père. Un sourire sur le bord des lèvres, Katherine regardait ce tableau, le cœur emplit de joie. Elle n’aurait jamais cru cinq ans auparavant que sa vie aurait été une telle réussite et pourtant son mariage, sa vie étaient d’une improbable perfection. Tendant les bras vers son époux, elle quémanda le poupon. Elle voulait voir le visage de sa première fille avant de sombrer dans le néant. Déjà mère de deux garçons en bonne santé dont elle était fière, elle remerciait le ciel de lui offrir une petite Ailinn. Un prénom Irlandais qui correspondait aux attentes des deux parents. La culture irlandaise surpassait la culture anglaise dans leur famille et ce d’un commun accord. Katherine avait peut-être grandi de l’autre côté du Royaume-Uni, elle n’en demeurait pas moins attentive aux traditions de son pays d’adoption. Loin de conserver la préciosité acquise à travers une éducation bien trop stricte et snobe, la jeune femme apprenait à intégrer les manières irlandaises qui lui réussissaient à merveille.
Caroll se rapprocha alors de son épouse, un air comblé sur le visage. Il se pencha vers elle, tenant aussi fermement que délicatement le nourrisson entre ses mains afin de lui éviter le moindre mal et le donna à Katherine. « Tu ne peux pas savoir à quel point je suis heureux de pouvoir enfin serrer une petite Maguire dans mes bras. » Il déposa un baiser sur le front de son aimée avant de prendre place à ses côtés sur le large lit à baldaquin. Ce tableau idyllique n’allait cependant pas tarder à voler en éclat pour le meilleur et pour le pire.


D’une certaine façon et sans qu’elle sache vraiment pourquoi, Katherine avait toujours su que ce moment arriverait. Elle l’avait sentie au plus profond de son être jusqu’à en avoir des frissons. Un signe avant-coureur qui aurait dû lui mettre la puce à l’oreille. Mais elle avait préféré fermer les yeux, faire comme si. Nier. Nier était mieux que d’accepter la terrible vérité. Nier lui permettait d’apaiser ses craintes, ses peurs et de tout simplement mener la vie paisible dont elle avait toujours rêvé.  Pourquoi voir des problèmes là où il n’y en avait tout simplement pas ? De nombreuses fois, elle s’était persuadée du non fondement de ses appréhensions en se posant cette question. Une échappatoire à l’inquiétude qui la transperçait quand des inconnus franchissaient la grande porte ou qu’il restait toutes les nuits éveillé dans son cabinet. « Ce sont les affaires qui me prennent tout mon temps, Katherine. Tu sais bien que si je pouvais rester auprès de toi ou des enfants plus souvent, je le ferai. » lui répétait-il lorsqu’elle le questionnait. Et elle le croyait. Jamais il ne lui serait venu à l’esprit qu’il lui mentait pour la protéger d’un secret qu’il pensait trop lourd pour elle. Après tout, ils s’aimaient d’un amour tranquille et sincère, un amour qu’elle n’aurait jamais osé espérer.  Un amour qui excluait toute forme de tromperie. Pourtant, dès lors que les tuniques rouges étaient entrées, l’arme au poing, criant le nom de son mari, elle avait su. Elle avait su qu’il l’avait trahie. Puis, quand son sang pourpre et épais était venu colorer ses mains fines et délicates, Katherine lui en avait voulu. Rien ne l’avait préparé à une telle infortune et elle le détestait de lui avoir infliger cela. Cependant, les yeux brulants des larmes salées qu’elle versait sur le corps inerte de son défunt époux, Katherine haïssait à cet instant précis davantage ses compatriotes anglais. Et dans un dernier cri de douleur, elle se promis de tout faire pour venger la mémoire de l’être aimé, parti trop tôt pour une cause dont elle n’imaginait même pas l’ampleur.

Un an plus tard, journal de Katherine Maguire. × Parfois la vie se montre injuste envers nous et nous nous demandons : pourquoi ? Pourquoi moi ? Pour quelles raisons ai-je dû endurer une telle épreuve ? Alors, nous nous lamentons, nous prions le ciel pour que tout se passe mieux, pour que l’avenir soit meilleur. Certains réussissent à convaincre ce même dieu qui a détruit la vie de leur donner une seconde chance, d’autres non. Pour ma part, la mort prématurée de mon époux m’a permis de comprendre quel était le réel but de mon existence. Si mes parents ont emménagé en Irlande il y a de ça vingt-cinq ans, ce n’était pas par pur hasard, non. S’ils ont préféré me marier à un fier Irlandais plutôt qu’à un orgueilleux anglais, ce n’était pas non plus par simple lubie. En réalité, tout ce qui m’est arrivé depuis ma plus tendre enfance était destiné à me mener à cet instant précis. L’instant où j’ai compris que je devais reprendre l’œuvre de feu mon époux et la continuer pour pouvoir enfin voir l’Irlande libérée du joug de la perfide Albion.  Cela n’a pas été facile au début, mais j’ai compris assez vite le fonctionnement de tous ces réseaux d’espionnage, de ces imprimeurs à la double vie. Et ces traîtres à la couronne, je les paie grâce à l’argent de cette dernière que j’ai réussi à obtenir en compensation de la perte soudaine de Caroll via le juge Hodgson. Quelle ironie ! De même, il semble que mon cœur aussi éploré soit-il soit l’alibi idéal pour mener mes petites affaires. [...]


Trois ans plus tard, hôtel particulier des Bradford. × Assise au milieu du salon des Bradford, qui avaient eu la grande gentillesse de l’inviter pour le thé, Katherine discutait de tout et de rien avec la fille de ces derniers. Une magnifique jeune femme, allégorie de l’innocence, qui buvait les paroles de la Maguire, ses grands yeux clairs plein d’une attention toute particulière. Tout en elle transpirait naïveté et crédulité. Deux qualités au regard de Katherine qui comptait bien user de cette douce colombe à sa guise.  Cette pauvre petite chose allait servir ses desseins et ce, bien mieux qu’elle n’aurait pu l’imaginer en la rencontrant deux ans auparavant dans un des salons mondains qu’elle avait l’habitude de tenir le jeudi et qui regroupaient toutes la bonne société dublinoise. Au départ, elle n’avait pas réellement compris le potentiel incroyable de sa cadette, mais à présent, Katherine voyait en Elizabeth Bradford un moyen de gangréner le système coloniale anglais de l’intérieur.  Avec ses sourires rassurants et ses paroles mielleuses, Katherine semait, rencontres après rencontres, le doute dans l’esprit malléable de la jeune fille. Une entreprise qui pour l’instant semblait porter ses fruits, ce dont la Maguire n’était pas peu fière.
Elles en étaient là, à discuter chiffons entre autres choses, lorsqu’un certain Monsieur Cosgrave entra à son tour dans le salon, où il fut préalablement annoncé. Katherine, accordant attention à toute chose qui pourrait lui servir, à toute nouvelle rencontre qui pourrait la rapprocher davantage de son but, coula un regard curieux vers l’homme qui pénétra dans la grande pièce. Il avait fière allure et était sans conteste bel homme. Son air suffisant suffit à Katherine pour savoir qu’il n’appartenait guère au milieu aristocratique. Et cette idée se confirma lorsque toute l’attention de Mr. Cosgrave se porta sur la jeune Elizabeth qui tentait de fuir le regard perçant qu’il lui lançait. Il ne tarda d’ailleurs pas à venir lui présenter ses respects, comme tout invité respectueux envers son hôte, quoique son baisemain fut un peu trop long au goût de Katherine pour être totalement innocent. Arborant son plus beau sourire, la vénéneuse Maguire tendit à son tour sa main à l’Irlandais. « Mr. Cosgrave, je vous présente Lady Maguire, une amie de la famille » s’empressa de dire Elizabeth, à cheval sur les bonnes manières. Sur ces mots, Katherine se rappela soudain où elle avait déjà entendu le nom de Cosgrave. Elle se demanda l’espace d’un instant comment elle avait pu oublier un nom si important avant de retourner son attention sur le trentenaire. « Mr Cosgrave, c’est un plaisir de vous rencontrer. Je suis sûre que nous allons nous entendre à merveille. »


Prénom/Pseudo : Eris. Age : 19 ans.Découverte du forum : Par la fondatrice :huhu: Avis sur le forum : Magnifique, un vrai potentiel ! Un joli dernier mot pour finir cette fiche en beauté : :unicorn: .
Code:
<div class="pris">Natalie Dormer</div>Katherine Maguire


Dernière édition par Katherine Maguire le Dim 22 Jan - 22:42, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Artur Cosgrave
Modératrice, Riche Traître
Pseudo : Cérès/Anastasia
Célébrité : David Oakes
Crédit : Cérès
Messages : 74

Age : Trente ans
Origines : Irlandaises
Religion : Catholique converti à l'anglicanisme
Situation maritale : Célibataire
Rang : Bourgeois aisé
Métier : Banquier à la Cosgrave's Bank


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Sam 7 Jan - 10:53

Ma jolie Katherine :huhu: :kiss: :keur: :unicorn:

Bienvenue ici Eris, je suis heureuse que ce soit toi qui ai choisi d'incarner la superbe et vénéneuse Maguire !  
Hâte de voir ce que tu vas en faire :leuv:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Abaigh O’Higgins
Fondatrice, Fière Irlandaise
Pseudo : Chloé (Coatlicue)
Age : 23
Célébrité : Eleanor Tomlinson
Messages : 143

Age : Vingt-et-un ans
Origines : Irlandaises
Religion : Catholique
Situation maritale : Célibataire
Métier : Institutrice


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Sam 7 Jan - 11:37

Ahah ! Notre première membre, notre VIP d'ailleurs ! :unicorn:

BIENVENUUUUUUUE ! :keur: Je suis super contente de t'accueillir ici car tu le sais, ce projet représente beaucoup ! :hero:

Bonne chance pour ta fiche quoi qu'il en soit et si tu as la moindre question, n'hésites surtout pas ! :kiss:

:mout:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Katherine Maguire
rebelle dans l'âme
Pseudo : Eris
Célébrité : Natalie Dormer
Crédit : Mari Jane
Messages : 21

Age : Vingt-huit étés
Origines : Anglaises
Religion : Protestante anglicane
Situation maritale : Veuve d'un partisan de la révolte et amante d'un certain banquier
Rang : Fille de grand financier élevée au rang de noble
Métier : Espionne et mécène de la révolte


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Sam 7 Jan - 15:37

Merci beaucoup à vous deux :eyes: :keur:
Bon j'ai un peu la pression avec ce perso qui est juste incroyable, mais je vais faire de mon mieux pour vous pondre une Kathy du tonerre :hihi:

Arthur, mon mignon :miguel:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Artur Cosgrave
Modératrice, Riche Traître
Pseudo : Cérès/Anastasia
Célébrité : David Oakes
Crédit : Cérès
Messages : 74

Age : Trente ans
Origines : Irlandaises
Religion : Catholique converti à l'anglicanisme
Situation maritale : Célibataire
Rang : Bourgeois aisé
Métier : Banquier à la Cosgrave's Bank


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Sam 7 Jan - 15:39

Ma mignonne :miguel:

(Dès que je lis "mon mignon" j'entends une voix d'homme dans ma tête, c'est atroce Arrow)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Katherine Maguire
rebelle dans l'âme
Pseudo : Eris
Célébrité : Natalie Dormer
Crédit : Mari Jane
Messages : 21

Age : Vingt-huit étés
Origines : Anglaises
Religion : Protestante anglicane
Situation maritale : Veuve d'un partisan de la révolte et amante d'un certain banquier
Rang : Fille de grand financier élevée au rang de noble
Métier : Espionne et mécène de la révolte


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Dim 22 Jan - 22:43

Et voilà ma présentation enfin terminée !!! :string:
(oui, j'avais dis rapide, mais bon mieux vaut tard que jamais :huhu: )
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Abaigh O’Higgins
Fondatrice, Fière Irlandaise
Pseudo : Chloé (Coatlicue)
Age : 23
Célébrité : Eleanor Tomlinson
Messages : 143

Age : Vingt-et-un ans
Origines : Irlandaises
Religion : Catholique
Situation maritale : Célibataire
Métier : Institutrice


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Dim 22 Jan - 22:50

Validation de ta fiche
Toutes nos félicitations charmante plume !
Ouiiii ! Enfin !
Elle est tellement bien ta fichette ! I love you
Maintenant on va pouvoir rp avec toi !

Ta fiche à présent validée, c'est tout un univers qui s'ouvre à toi ! Tu vas tout naturellement pouvoir commencer par rp et ça c'est véritablement la grande classe !
Mais être officiellement membre du forum, ça signifie également pouvoir poster sa fiche de liens, demander un rang personnalisé et même recenser ton métier ! Si tu as la moindre question, n'hésites naturellement jamais à t'adresser au staff qui se fera une joie de te guider dans cette belle aventure qui commence pour toi !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Katherine Maguire
rebelle dans l'âme
Pseudo : Eris
Célébrité : Natalie Dormer
Crédit : Mari Jane
Messages : 21

Age : Vingt-huit étés
Origines : Anglaises
Religion : Protestante anglicane
Situation maritale : Veuve d'un partisan de la révolte et amante d'un certain banquier
Rang : Fille de grand financier élevée au rang de noble
Métier : Espionne et mécène de la révolte


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Dim 22 Jan - 22:54

Ahah merci ♥
Trop hâte de rp avec vous mes poulets ♥
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Artur Cosgrave
Modératrice, Riche Traître
Pseudo : Cérès/Anastasia
Célébrité : David Oakes
Crédit : Cérès
Messages : 74

Age : Trente ans
Origines : Irlandaises
Religion : Catholique converti à l'anglicanisme
Situation maritale : Célibataire
Rang : Bourgeois aisé
Métier : Banquier à la Cosgrave's Bank


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Dim 22 Jan - 22:56

Ta.
Fiche.

Épouses-moi. :fire:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Katherine Maguire
rebelle dans l'âme
Pseudo : Eris
Célébrité : Natalie Dormer
Crédit : Mari Jane
Messages : 21

Age : Vingt-huit étés
Origines : Anglaises
Religion : Protestante anglicane
Situation maritale : Veuve d'un partisan de la révolte et amante d'un certain banquier
Rang : Fille de grand financier élevée au rang de noble
Métier : Espionne et mécène de la révolte


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Dim 22 Jan - 23:03

Alors comme ça on veut plus épouser mademoiselle Elizabeth ?  :artur:
Monsieur vous apprendrez que je ne suis pas un second choix :nah:

(en vrai quand tu veux mon chou, on a déjà passer la nuit de noce, manque plus que la bague :lele: )

Et contente qu'elle te plaise :niah:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Artur Cosgrave
Modératrice, Riche Traître
Pseudo : Cérès/Anastasia
Célébrité : David Oakes
Crédit : Cérès
Messages : 74

Age : Trente ans
Origines : Irlandaises
Religion : Catholique converti à l'anglicanisme
Situation maritale : Célibataire
Rang : Bourgeois aisé
Métier : Banquier à la Cosgrave's Bank


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Dim 22 Jan - 23:07

Alors ainsi, madame fait la fine bouche ? :nah:

Evidemment qu'elle me plaît. Ta fiche est franchement super. Ca valait le coup d'attendre un peu :héhé:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



   Message posté 

Revenir en haut Aller en bas
 
i belong to no man •
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FREYA&LOGAN → tomorrow belongs to me
» Projet - Histoire de LW
» I Belong To You [PV]
» OCTOBER X you belong with me, not swallowed in the sea
» Son.exe ~ All your bases are belong to me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Godness Sake :: Paperasse et formalités :: Personnages :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: