AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 Quand la plume trace le cercle de ronde [DAGAN]

 :: Dublin :: Le nord de la Liffey

avatar
Abaigh O’Higgins
Fondatrice, Fière Irlandaise
Pseudo : Chloé (Coatlicue)
Age : 23
Célébrité : Eleanor Tomlinson
Messages : 143

Age : Vingt-et-un ans
Origines : Irlandaises
Religion : Catholique
Situation maritale : Célibataire
Métier : Institutrice


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Ven 13 Jan - 8:09

Quand la plume trace le cercle de ronde
Dagan & Abaigh
Le soleil venait de se coucher sur Dublin quand son directeur, un homme de sévère, était venu lui confier le trousseau. Il respectait son investissement mais ne pouvait se permettre de l’attendre ce soir là. Elle l’avait entendu refermer les trois portes menant à la cour depuis sa salle de classe puis refermer la lourde grille au mécanisme usé par le temps. Elle était seule. Éclairée par la seule bougie de son bureau. Et elle ne trouvait cette situation pas le moins du monde intimidante. Le silence était alors seulement brisé par sa respiration régulière, les pages du livres qu’elle tournait tour à tour et les frottement de sa plume contre les feuilles qu’elle remplissait. Plongée dans son travail comme une sage écolière dans ses devoirs, la jeune et jolie rousse rédigeait une traduction d’un texte gaélique qu’elle trouvait empli des valeurs de respect qu'elle communiquait à la classe. Et de ce texte, elle s’était fixée pour objectif de le traduire ensuite en latin.

Cela faisait plusieurs jours qu’elle s’employait à cette gymnastique qui visiblement lui était fluide et habituelle. Il fallait dire que plus personne ne doutait des capacités de la jeunes enseignante même si ses méthodes étaient étudiés au peigne fin à la première occasion afin de s’assurer de sa loyauté à la couronne. Aussi se faisait-elle prudente, naturellement les enfants n’auraient pas connaissance de la langue première de l'écriture de ce discours d’appel à la paix de son auteur. Mais elle se demandait si révéler ses origines pouvaient servir la cause qu’elle devait défendre si elle voulait pouvoir continuer à enseigner. Mais ce n’était pas pour le moment sa plus grande préoccupations. A la pensée de son frère, qui lui revint quand elle voulut chasser son indécision, encore emprisonné, la plume crissa anormalement sur la feuille qui lui servait de support et elle dut se redresser, une main fiévreuse se posant sur le laçage de sa robe à l’anglaise afin de s’obliger à réguler son souffle.

-Inspire… Expire…

Elle ferma les yeux. Pour retenir une larme qu’elle essuya machinalement de sa main libre, celle dont le bout des doigts n’était pas tachés d’encre comme le serait celle d’un universitaire. Elle ne voulait pas se maquiller ainsi ce qui n’aurait fait qu’ajouter à son désarroi actuel. Elle tenta de reporter son attention sur son travail mais elle n’y parvint pas. Reposant la plume, elle resta assise devant sa feuille à l’admirer sans rien dire. Que penserait son frère d’elle quand il découvrirait qu’elle avait mis ses idéaux de côté pour réaliser son rêve ? Elle savait pertinemment qu’il n’approuverait pas qu’elle vende, pour ainsi dire, son âme au diable. Un profond soupire passa la barrière de ses lèvres.

Pourquoi fallait-il que son frère soit aussi buté ? C'est cette obstination qui l’avait mené devant le tribunal. Elle se souvenait encore de la main de madame Hodgson sur la sienne alors que l’époux de cette dernière prononçait la sentence. Il était arrivé à Dublin la tête pleine de rêves révolutionnaires et avait trouvé des gens assez convaincu par ses discours enflammé pour l’encourager à les prolonger partout, aux quatre coins de la rue. « Je me montre prudent ! » lui disait-il alors souvent. Mais sa prudence ne l’avait pas empêché de tomber sur une patrouille. Il avait suffit d'une seule erreur pour qu'il la laisse totalement seule dans cette ville emplie de danger. Elle avait eut de la chance que le juge Hodgson reconnaisse son intégrité et plaide en sa faveur afin de convaincre le Vice-Roi de la légitimité de laisser une jeune Irlandaise enseigner. Ses enseignements auront bien plus d’impact avait-il souvent répété dans son argumentation.

Elle ne tairait pas le nom et les origines de l’auteur. C'était décidé. Cette soudaine certitude la replongea inconsciemment dans son travail.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Dagan Lloyd
le chevalier servant
Pseudo : Cocopix
Age : 24
Célébrité : Santiago Cabrera
Crédit : Cocopix/Tumblr
Messages : 63

Age : Trente-deux ans
Religion : Catholique
Situation maritale : Célibataire
Rang : Noble
Métier : Lieutenant dans l'armée britannique


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Dim 15 Jan - 15:16

Quand la plume trace le cercle de ronde
Abaigh & Dagan
Le ciel descendait gentiment le long de l’horizon alors que Dagan continuait son tour de ronde habituel. Le lieutenant avait pris ses petites habitudes et surveiller la ville dans la pénombre ne le dérangeait pas, bien au contraire. Il y avait moins de monde, ce qui rendait plus facile l’identification des suspects. Bien évidemment, le soir augmentait également le nombre de ces suspects. La plupart des crimes avaient lieu dans le secret de la nuit. Mais Dagan n’avait pas peur. Il exerçait ses fonctions depuis plusieurs années à présent et il savait ce qu’il faisait. Son courage légendaire l’avait toujours aidé et le calme de la nuit le rassurait. C’était un homme qui aimait la solitude, celle-ci lui permettant de remettre ses pensées en ordre. Mais il n’aimait pas que la solitude, bien au contraire. La compagnie lui était bien souvent essentielle. Il se plaisait à discuter avec les autres et à découvrir de nouvelles personnes. Il avait juste besoin de moments en tête à tête avec lui-même de temps en temps pour se sentir bien.

Il avançait à-travers les ruelles, l’œil attentif à tout ce qu’il se passait autour de lui, tout en restant aux aguets du moindre danger ou de la moindre chose louche. Les minutes passaient et le soleil finit par se coucher totalement, laissant le lieutenant dans la nuit totale uniquement éclairé par les fenêtres des habitations. Son parcours se suivait tranquillement. Les quelques passants qu’il rencontrait le saluait timidement et tout semblait en ordre.

Il finit par se retrouver devant l’école. Il s’apprêtait à passer son chemin lorsqu’une lumière à l’une des fenêtres attira son regard. L’école n’était-elle pas censée être fermée à cette heure-là ? La main proche de son épée, comme à son habitude, Dagan se dirigea vers la source de la lumière d’un pas prudent. Pouvait-il y avoir des documents importants, au point que l’on veuille les voler ? Ou peut-être s’agissait-il d’autre chose ; simplement d’une bougie oubliée, ce qui pouvait créer un incendie. Il valait mieux s’y rendre, au moins pour vérifier.

Il passa la porte d’un pas discret, toujours sur ses gardes. Mais lorsqu’il se retrouva dans la pièce éclairée, il fut surpris d’apercevoir une femme assise sur une chaise, de dos. Et il se rendit compte que ce n’était pas n’importe quelle femme lorsqu’elle se retourna ; il l’avait déjà rencontrée. Il s’agissait d’Abaigh O’Higgins, l’institutrice de l’école.

- Excusez-moi, je ne voulais pas vous déranger Mademoiselle O’Higgins. Dagan se pencha en avant pour saluer la jeune femme. J’ai pensé que quelqu’un s’était introduit dans vos locaux. Il se redressa et esquissa un fin sourire. Je ne vais pas vous importuner plus longtemps si tout va bien ici.

_________________
Romantic hero type
Courage is what it takes to stand up and speak. Courage is also what it takes to sit down and listen


Dernière édition par Dagan Lloyd le Dim 29 Jan - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Abaigh O’Higgins
Fondatrice, Fière Irlandaise
Pseudo : Chloé (Coatlicue)
Age : 23
Célébrité : Eleanor Tomlinson
Messages : 143

Age : Vingt-et-un ans
Origines : Irlandaises
Religion : Catholique
Situation maritale : Célibataire
Métier : Institutrice


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Lun 16 Jan - 2:53

Quand la plume trace le cercle de ronde
Dagan & Abaigh
La plume avait repris son rythme régulier contre la surface poreuse du papier de mauvaise qualité qu’elle avait en sa possession. Son ombre dansait à mesure que la flamme de la bougie s’agitait, faisant fondre la cire. La vue de la charmante institutrice irlandaise s'était tant habituée à cette pénombre partielle que lorsqu’elle entendit le parquet grincer et qu’elle tourna un oeil en direction de la porte dont le battant était en train de pivoter, il lui fallut un instant avant de parvenir à distinguer la forme vague d'une haute stature masculine. Le détail qui ne lui échappa pas c'est que cet intrus avait la main à l’épée, dans un sursaut, elle porta une main noircie d’encre à ses lèvres avant de reconnaître cet inattendu visiteur nocturne.

Soulagée de ne pas se trouver en la présence de quelques canailles, elle s’inquiéta toutefois de ce qu’il pourrait penser de trouver un tel livre ouvert sur son bureau. Fut un appel à la paix et à la tolérance, elle doutait que le soldat soit sensible à gaélique comme elle pouvait l’être puisqu'il s’agissait presque de sa langue paternelle. Refermant donc le lourd volume en faisant mine de ranger ses affaires, elle lui adressa un sourire.

-Vous ne me dérangez pas monsieur, très loin de là, vous me rappelez à la réalité sans cela je me serais sans doute finalement endormie sur mes recherches…

Elle avait la désagréable sensation d’être surveillée depuis son entrée en fonctions. Elle savait parfaitement que cela était du à ses convictions mais cela lui était si anxiogène qu’elle craignait sans cesse de faire une erreur fatale. De plus, la présence d'un homme d’armes, bel ou vilain homme, qu'il soit courtois ou sévère, restait impressionnante même pour les innocents. Et il fallait dire qu’Abaigh avait beau s’habituer à cette présence par dessus son épaule toute la journée puisqu’il était fréquent que le capitaine, ou l’un de ses subalternes tel que le lieutenant Llyod, fassent interruption durant ses cours pour en observer le déroulement, elle demeurait nerveuse. Craignant qu’ils soient là pour guetter le premier faux pas qui ruinerait tous ses efforts et ses sacrifices.
Elle hésita alors qu’il semblait s’apprêter à se détourner.

-Vous pourriez si vous le souhaitez, et en avez le temps, m’aider à fermer l’école… ? Je vais avoir les bras lourdement chargés et je ne voudrais pas abîmer mes livres. Si, naturellement, vous avez quelques instants pour m’attendre ?

La vérité était qu’avec l’annonce de la mort de Theobald Wolfe Tone, la jeune institutrice savait le peuple en colère, remonté par le décès de leur martyre et s’attarder seule dans la rue, chose qui en général l’enchantait, l’inquiétait à cette heure. Elle rassemblait déjà ses livres, en rajoutant quelques uns dans l’espoir qu’en bon gentilhomme il se propose de lui prêter main forte pour un peu plus que refermer la lourde grille de l’établissement scolaire. Après tout, il savait déjà pertinemment où elle logeait et elle n’avait donc pas à jouer à ce propos la carte de la prudence même avec un fringant officier peut-être un peu trop sûr de lui.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Dagan Lloyd
le chevalier servant
Pseudo : Cocopix
Age : 24
Célébrité : Santiago Cabrera
Crédit : Cocopix/Tumblr
Messages : 63

Age : Trente-deux ans
Religion : Catholique
Situation maritale : Célibataire
Rang : Noble
Métier : Lieutenant dans l'armée britannique


Voir le profil de l'utilisateur

   Message posté 
Sam 28 Jan - 23:58

Quand la plume trace le cercle de ronde
Abaigh & Dagan
Dagan se sentit coupable lorsqu’il vit la jeune femme sursauter. Son intention n’était en aucun cas de lui faire peur. Il voulut s’excuser, mais elle commença à ranger ses affaires. Il ne prêta pas attention au gros livre que Abaigh était en train de traduire avant de le refermer, ne soupçonnant rien de sa part. Il avait pour mission, comme d’autres hommes de la garde, de surveiller ses classes de temps en temps. Il n’y voyait pas toujours l’utilité de le faire car pour lui, la demoiselle n’était coupable d’aucun délit. C’est pourquoi, la plupart du temps, il se contentait de faire acte de présence et d’écouter ses cours bien souvent très intéressants, tout en assumant un minimum son devoir. Il s’était engagé dans les ordres, ce n’était pas pour y faire n’importe quoi.

La jeune rousse finit par esquisser un sourire et lui indiqua qu’il ne la dérangeait pas. Dagan lui rendit son sourire et lorsqu’il se retourna, s’apprêtant à partir, Abaigh le retint, lui proposant de l’aider à fermer l’école. L’officier lui refit face et fit mine d’y réfléchir. Son tour de garde allait se finir sous peu, il avait donc tout le temps devant lui. De plus, il ne disait en généralement pas non à une demande d’aide. Après tout, c’était une infime partie de son métier, non ? Il n'était pas dans la garde dans le seul but de se battre. Pour lui, le combat était même tout sauf une partie de plaisir, aussi talentueux qu’il puisse l’être.

- Oui, je vais vous aider. Je ne voudrais pas que vous souffriez d’un mal de dos à cause de vos livres.

Dagan ponctua sa phrase d’un nouveau sourire. Sachant où habitait la jeune rousse, il savait qu’elle n’habitait pas tout près de l’école et devait traverser une bonne partie de la ville. Le danger pouvait donc venir de partout, surtout en ce moment.

- Je peux également vous raccompagner jusqu’à chez vous. Je n’ai rien vu de suspect ce soir, mais le peuple était agité ces derniers jours. Je ne voudrais donc pas qu’il vous arrive malheur.

En la voyant rajouter de nouveaux livres, l’officier se rapprocha d’elle et attrapa doucement la pile de livres.

- Je vais les porter. Vous aurez les mains libres pour fermer les portes.


_________________
Romantic hero type
Courage is what it takes to stand up and speak. Courage is also what it takes to sit down and listen
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



   Message posté 

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la plume trace le cercle de ronde [DAGAN]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jill Silversmth - Je suis fille des torrents, soeur des rivières. Et nous tournons, tous ensemble dans un cercle, une ronde à l'infini.
» Quand tu tiens même plus sur tes pattes. [PV Douce Plume]
» Quand l'ennui vous pèse, la plume vous apaise...
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Haïti 2007 : la quadrature du cercle ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Godness Sake :: Dublin :: Le nord de la Liffey-
Sauter vers: